Formation continue et compressions budgétaires : comment avancer ?

Il s’agit du sujet abordé lors de la journée d’étude organisée par M. Dicko Baldé, M.sc, DBA, Directeur général de la Société de Formation et d’Éducation Continue (SOFEDUC) jeudi 23 avril 2015 à HEC Montréal. Rappelons que la SOFEDUC est l’organisme officiel qui accrédite les organisations et les entreprises pour l’émission des Unités d’Éducation Continue (UEC).

La journée est ouverte par M. Sylvain Magnan, du groupe Kinéconcept et Présidente de la SOFEDUC et animée par Mme Marie Josée Robitaille, Adjointe à la Direction Générale, ASSTSAS. Voici un bref résumé de cette 23e Journée d’études à laquelle le RPFQ a participé à titre de partenaire.

Investir en éducation et formation des adultes

M. Paul Bélanger, PhD, Professeur, Sciences de l’Éducation, Directeur du CIRDEP et de l’OCE, UQÀM est intervenu sur la pertinence de poursuivre et d’intensifier les investissements en éducation et en formation des adultes. Il a dressé un état des lieux concis sur l’importance prise par la formation continue ces dernières années comparativement à la formation initiale au Québec, et dans le monde. Selon lui, la demande de formation continue est de 3 ordres : le développement professionnel continu, la requalification professionnelle, la formation en entreprise.

Pour M. Bélanger, la formation continue représente un enjeu majeur pour l’économie afin d’être dynamique sur le marché mondial mais aussi pour les individus et les entreprises afin de rester performant sur un marché du travail en perpétuel changement.

Face aux changements démographiques importants qui se dessinent les prochaines années, il est nécessaire de permettre aux travailleurs de se requalifier. De plus en plus de personnes se forment aujourd’hui à temps partiel. En Scandinavie par exemple, les inscriptions à temps partiel sont passées de 5 % à 40 % ces 5 dernières années et au Québec les inscriptions en formation e-learning ont doublé au niveau universitaire.

Pour résumer, les enjeux de la formation continue sont de plusieurs ordres selon M. Bélanger : l’inégalité d’accès à la formation, le manque de formation à temps partiel dans le domaine technique, l’importance de l’innovation en formation pour les entreprises et l’économie, comment appuyer l’adulte à aller en formation, la valorisation de la formation professionnelle chez les jeunes.

L’expertise en technologie éducative au Québec

M. Pierre-Julien Guay, Président, Groupe de travail sur les normes – Québec (GTN-Q) a abordé ensuite le développement de l’expertise en technologie éducative au Québec et comment partager outils et pratiques pour la formation en ligne ?

Dans son intervention, M. Guay a défini comment une norme se fait. Selon lui, les grands principes de la normalisation sont : d’utiliser des formats qui préservent les données, favoriser la réutilisation et assurer l’interopérabilité. Il est donc important d’utiliser les bons « formats » en cas de développement de formation en ligne pour ne pas perdre l’information développée.

L’innovation ouverte comme levier d’apprentissage

M. Hugo Steben, Directeur associé, Bluenove, Conseil en management de l’innovation, conclue l’avant-midi sur le sujet de l’innovation ouverte comme levier d’apprentissage et de développement des compétences. Dans un environnement complexe, incertain et changeant, il est important pour une organisation d’affûter sa stratégie pour aller chercher les compétences clés dont elle a besoin pour sa survie et /ou se distinguer de ses concurrents.

M. Steben a présenté comment faire de l’innovation ouverte dans une entreprise (dynamique dirigée, concours d’innovation, co-création, communautés d’innovation etc.) et révélé quelques conseils pratiques.

Parcours d’apprentissage contextualisé et interactif en ligne

Mme Lise Lecours, Présidente Le-cours.ca démarre l’après-midi par la présentation du design d’une formation en ligne : partir d’une compétence pour offrir un parcours d’apprentissage contextualisé et interactif. Mme Lecours insiste sur l’importance de savoir quelle compétence l’organisation veut développer chez les apprenants pour concevoir les outils adéquats de formation et la formule d’apprentissage qui répondra le mieux au besoin à combler. Elle rappelle notamment la définition du mot compétence qui est un savoir agir complexe prenant appui sur la mobilisation et l’utilisation d’une variété de ressources (Tardif, 2003). Le besoin doit donc être bien circonscrit, être la base pour justifier la formation et aider à focuser sur ce que l’on veut atteindre.

Selon Mme Lecours, il est impératif d’identifier ce que la personne sera capable de faire à l’issue de la formation (compétence, contexte de réalisation, élément de la compétence, critères de performances).

Mme Lecours a animé ensuite un atelier de design d’une formation en ligne. Ce qu’il faut retenir : la compétence doit être au cœur du développement d’une formation ; la contextualisation est un moyen important de favoriser le transfert d’apprentissage et l’interactivité permet de favoriser la rétention et de mettre l’emphase sur les messages importants et les erreurs courantes.

Évaluer les apprentissages: l’importance de la cohérence

Mme Karine Paquette-Côté, Doctorante en éducation, UQÀM, Spécialiste en Sciences de l’Éducation (TELUQ) a terminé cette journée d’étude sur la réalisation de choix cohérents en évaluation des apprentissages. Mme Paquette indique que l’évaluation est différente selon comment va se percevoir le formateur. Les buts poursuivis sont à mettre au clair dès le départ pour faire une bonne évaluation. Il est important ensuite de définir ce qu’on veut évaluer (Enseignant, apprenant, contenu) à savoir la relation didactique, pédagogique ou d’apprentissage et comment le faire.

Enfin, il est important d’adopter une posture pragmatique pour réfléchir aux conséquences de l’évaluation pour la société en générale et le marché du travail.

Et la suite… à venir bientôt!

Par leurs recherches, leurs connaissances et leur activités respectives, les cinq intervenants nous ont permis de voir, comment de différentes manières, avancer et optimiser les dépenses de formation en temps de compression budgétaire. Pour en savoir plus : retrouvez les vidéos en ligne sur le site de la SOFEDUC à partir du 7 mai prochain !

 

Propos recueillis par :

Élodie Darras

Conseillère en formation

Trésorière du conseil d’administration

Passionnée par l'apprentissage, je suis animée d'un furieux besoin d'écrire et de réfléchir sur ce sujet depuis la fin de ma maîtrise. Spécialiste de l'apprentissage organisationnel, j'ai acquis une expérience variée en rôle-conseil, en encadrement de personnel et en gestion de projets au fil des années. J'adore débattre afin d'amener la créativité à un autre niveau lorsqu'il est question de formation en milieu de travail et de tous les défis que cela implique. Mes intérêts sont variés: l'évaluation des transferts d'apprentissage, la gestion systémique des compétences, le leadership, l'analyse et l'amélioration du fonctionnement des groupes pour ne nommer que ceux-là. J’aime m’impliquer au RPFQ parce que je sens que ce groupe fait une réelle différence dans notre métier en nous permettant de nous rassembler autour d’une mission commune.

Publié dans Nouvelles du RPFQ, Partenaires